Cadeaux, cartes, souvenirs

 

Crédit : Céline Dutrey

Acheter des souvenirs. Boutique de souvenirs.

Comme si on pouvait tromper son cerveau, son âme, se donner l’illusion que ce que l’on a vécu repose sur ces babioles de plastique commun, ces objets importés de l’étranger pour porter la cause locale, représenter des lieux, des rencontres, des impressions.

Comme si on pouvait acheter des petits morceaux d’histoire, de celle que l’on se crée, que l’on crée pour nous, pour avancer. Des petits bouts d’éclats de rire, d’émotion, de fatigue, et les exhiber aux autres, alors qu’ils ont acheté les mêmes.

« Souvenirs tout chauds, souvenirs tout prêts, à emporter ! »

C’est réduire un pays, une ville, un quartier, à ces souvenirs en série, made in China, sinon made in Asie. Peut-être que cela demande du courage de prouver autrement qu’on a été ici et là. D’avoir enfin le déclic de ne plus vouloir se justifier pour exister.

Un souvenir, c’est d’abord se souvenir.

C’est s’être suffisamment imprégné de son voyage pour le laisser ensuite s’évaporer doucement, quand les images reviennent, quand les sons, les odeurs, les bruits s’imposent spontanément, pour qu’on se les raconte encore une fois. Pour qu’on les interprète et les réinterprète devant ceux qui n’avaient pas la chance d’y être.

Se souvenir, c’est une belle manière de se tisser lentement, au fil des découvertes, de véritables souvenirs à partager, dont la matière première est nos sens. Alors osez, sentez.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s