Cauchemard

 

Crédit : Céline Dutrey

La fenêtre est moite, elle aussi elle a peur.

Tant de pression dans la pièce, tant de tensions. Le temps dense pèse sur les murs, dégouline. Tout est tordu.

Ça n’a pas de sens, cette angoisse, ce faux vide qui paralyse l’espace.

Mais la sueur noie les draps, et c’est l’éveil.

Le noir, le cœur emballé.  L’horreur du cauchemard qui rejoint pendant quelques fractions de secondes la réalité.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s