Femmes à poils ?

L’épilation, c’est d’abord la pilosité. Les poils. Ces petits trucs noirs, ou blonds, ou roux, plus ou moins nombreux, plus ou moins doux. Comme des fleurs des champs, ils poussent joyeusement par monts et par vaux, avant de se faire… ratiboiser.

Pourquoi ?

On invoque l’esthétique, l’hygiène, le confort. Même s’il devient courant que des hommes s’épilent ou se rasent d’autres poils que ceux de la barbe, je pense que si les femmes s’épilent, c’est en partie parce que les poils sont souvent associés aux hommes et à la virilité.

La plupart des femmes cherchent longtemps la Femme qu’elles sont. Et en notre époque hostile pour cette quête naturelle, les messages qu’elles reçoivent faussent la perception qu’elles ont d’elles-mêmes : la Femme en tant que telle est définie plusieurs centaines de fois par jour, sur des affiches, sur des magazines, dans les médias, mais aussi dans notre langage et nos réflexes. Plusieurs centaines de fois par jour, les femmes sont confrontées à des définitions de la Femme. En recherche de la Leur, elles font confiance à ces informations bienvenues, en triant celles qui leur conviennent, et en prenant plus ou moins de recul vis à vis de leur émetteur.

Nous sommes toutes dans ce cas, et nous réussissons chacune à notre façon à construire celle que nous voulons être, qu’elle coïncide, ou non, avec celle que nous sommes.

Ce qui me fascine, pour la plupart, c’est la difficulté immense à considérer le poil avec bienveillance. Il ne veut de mal à personne, et il est moins long qu’un cheveu, pourtant, sur la peau de la femme, on le cache ou on l’élimine. Et quand il est là où il devrait être, on le montre du doigt. Est-ce bien logique ?

Au delà des normes esthétiques, il me semble qu’il y a une réelle angoisse de ne pas être reconnue en tant que Femme. Comme si la pilosité jouait dans l’équilibre masculin-féminin qu’il y a naturellement dans chacun de nous. Ces femmes charismatiques, à l’aise avec les aspects « masculins » de leur personnalité seraient certainement qualifiées de trop masculines avec leurs poils.

Il me semble que le problème, c’est cette erreur de jugement. Le poil n’est pas le propre du mâle. D’ailleurs, de la même façon qu’on associe plus facilement (mais toujours aussi arbitrairement) les cheveux longs aux femmes, pourquoi associer les poils à la virilité ? La seule personne imberbe, c’est l’enfant (et encore !). Les poils, c’est l’expression naturelle de la maturité. Avec elle, un indice sur la Femme que vous cherchez.

5 goddesses on the beach
Our feminine body is sacred!

Un commentaire Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s