Les douze coups de Minuit

Minuit était belle et douce dans toute son originalité. Elle avait les cheveux courts, un peu crépus, un peu en bataille, les yeux qui brillaient dans le noir et une peau de velours sur laquelle serpentait les vergetures de la Lune, ou ses reflets, on ne saura jamais.

Amoureuse de l’amour, elle avait bu avec avidité les romances médiatisées, comme on court dans un jardin avec l’exaltation des premières neiges. Minuit aimait la poésie et la beauté de la Vie, sous toutes ses formes, sous tous les angles, dans toutes les positions. Mais il y a quelques mois, elle avait rencontré un drôle d’oiseau, le Comte, duquel elle s’était entichée. Ce dernier, fort sensible à ses charmes, lui racontait, chaque soir au moment de se coucher, le même conte des douze coups de Minuit.

La rencontre s’était faite de façon banale, et n’avait rien d’ordinaire. Séduit par la liberté et l’authenticité de Minuit, le Comte lui avait compté fleurette, et de fil en aiguille, ils avaient tissé les prémisses d’une jolie amourette. Sous les rayons du Roi Soleil, ils se butinaient allègrement quelle que soit la météo, quel que soit l’emploi du temps. Après le petit déjeuner, quelques flocons d’avoine entre les dents, ils filaient se rouler sous la couette pour se goûter mutuellement. Quand ils se donnaient rendez-vous, à travers un judas malicieux, le Comte voyait Minuit à sa porte, et n’en attendait pas moins pour la cuisiner. Puis, après déjeuner, le Comte prenait Minuit à quatorze heures, et la journée se déroulait tranquillement. Le quotidien était fait d’activités variées, comme passer l’aspirateur, boire un chocolat chaud ou faire l’amour, à des horaires et en des lieux variés. Le Soleil régnait, Minuit était comblée.

Et puis, par paresse, par peur de dire non ou par dépit, ils avaient laissé Routine s’installer. Elle avait posé ses valises, éteint les bougies, et ouvert un livre entre eux dans le lit. Un épais livre rouge, à la couverture rigide, sur lequel était écrit : T’as envie ?

Parodie Chapelle Sixtine
Crédit : pussy musings

Minuit fait la moue, mais elle croit qu’elle en a envie. Tape son oreiller, se dresse sur ses coudes, et tente de s’intéresser à l’histoire que Routine déroule. Il était une fois… Les minutes passent, la lune se lève, les vergetures ondulent doucement. Le conte arrive à son terme, toutefois il n’y a rien à faire, seul le Comte est dedans. Patiemment, la belle regarde son amant captivé par cette fable mille fois récitée. Un peu triste, un peu déçue, elle attend pourtant avec bienveillance la fin de la journée.

Un.
Deux.
Trois.
Il l’embrasse, abracadabra.

Quatre.
Cinq.
Six.
Sur elle, il se hisse.

Sept.
Huit.
Neuf.
Il halète, elle bluffe.

Dix.
Onze.
Douze.
Il s’endort, elle a le blues.

Ainsi s’achève le conte des douze coups de Minuit.

Crédits : Rudd San
Crédits : Rudd San

Pourquoi on veut que vous nous preniez par la main à 15h43 pour « faire la sieste » plutôt que vous sortiez une capote à 23h12.

Par définition, le moment de se coucher, c’est aussi le moment où l’on est… fatigué. Bravo. Toi, comme moi, on a envie l’un de l’autre mais on a encore plus envie de dormir.

Beaucoup de femmes doivent uriner après l’amour pour limiter les risques d’infection urinaire et de mycose. Quand tu es fatiguée, que ton/ta partenaire ronfle et qu’il fait froid, la perspective de se lever à poil pour aller pisser n’est pas du tout enthousiasmante.

Celles et ceux qui ont déjà eu à appliquer une crème cicatrisante / traitante pour les parties intimes, ou toute autre traitement après une douche du soir, savent qu’ils devront recommencer le protocole une fois l’acte terminé. Double flemme.

À un niveau énergétique, il est plus difficile de s’endormir après un acte « pauvre », automatique, qu’après une véritable connexion charnelle / spirituelle. Sans parler du vide de l’âme et des questions qui peuvent tourner jusqu’à l’insomnie (les fameux démons de Minuit).

Enfin, quand on connait le menu par cœur, c’est un peu du réchauffé. Ça fait vachement moins envie.

Si tu es du soir, que ton emploi du temps te permet peu de liberté :

  • Solution 1 : aller au lit plus tôt (mais genre, TÔT) pour profiter d’une vraie soirée sous la couette.
  • Avantage 1 : tu termines bien la journée qui avait peut-être mal commencé. Tu dors mieux.
  • Inconvénient 1 : tu dois anticiper un peu tes obligations vespérales, éteindre ton téléphone sans envoyer d’émoji bisou à ta maman, ni checker une dernière fois Instagram. Finalement, c’est des avantages.

Autre option pour ceux qui n’ont pas d’enfants :

  • Solution 2 : faire l’amour, pas la bière. Autrement dit, plutôt que des afterwork alcoolisés, vous choppez tranquillement sur le canapé.
  • Avantage 2 : tu économises de l’argent. Tu as ta soirée.
  • Risque 2 : franchement, à part redéfinir tes priorités et/ou réaliser que tu fais passer tes collègues avant ton partenaire et que cela mène à votre séparation, je ne vois pas.

Très efficace aussi : s’atteler à un travail plus profond d’échanges sincères sur le sens de votre partenariat, votre développement personnel, ce que vous cherchez dans vos étreintes, comment pénétrer une femme comme si vous étiez une femme, vos vrais besoins, vos doutes, vos peurs, vos blessures… À cela s’ajoute les efforts de communication non violente, d’écoute bienveillante et le travail des étreintes sans attentes. Mais tout le monde n’est pas prêt à investir du temps et de l’énergie dans cette quête, elle aussi épuisante !

Crédits : Rudd San
Crédits : Rudd San

Ritualiser, une clé pour des rapports plus vrais

Enfin, quelque chose qui peut faire la différence pour échapper à la routine lassante car vide : transformez les habitudes en rituels. C’est-à-dire, plutôt que répéter les mêmes actes, de façon plus ou moins automatique, mobilisez toute votre attention et votre conscience dans ce que vous faites. Et choisissez de le faire, une énième fois, en présence (à soi, et l’un de l’autre). Vous construisez ensemble une routine pleine, et vivante.

Ensemble, préparez le moment de vous retrouver. Il n’y a pas besoin de grand chose ! Quelques idées :

  • L’un installe quatre bougies, à chaque coin du lit.
  • L’autre choisit une musique.
  • L’un veille à la température de la pièce.
  • L’autre au fait que le lit soit bien fait / à un nombre suffisant de coussins.

Au fil des étreintes, vous savez que ces quelques éléments signent le début d’un joli moment, quelle que soit l’heure ou la saison !

Signez la pétition contre les douze coups de Minuit !

En fait non, je n’ai rien contre, dans l’absolu.

Mais si tu es une femme ou un homme qui en a ras-le-bol des quickies cernés avant de dormir et qui veut juste équilibrer les rapports avec du vrai sexe en plein jour avec le teint frais, partage juste cet article et échangeons sur le sujet.

Parce que quand tu mets ton sexe dans un autre sexe, ou inversement, dude, c’est quand même vachement intense.

Parce que tu considèreras moins ton/ta partenaire comme acquis(e).

Parce que toi, moi et notre couple, on se sentira bien plus vivants. Tous les trois.

Parce que faire l’amour, c’est Divin.

Crédits : Rudd San
Crédits : Rudd San

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s